Denise Capriroli,
infirmière, résistante

Denise Capriroli, photo Maitron

Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur Denise Capriroli. Un nom dans un livre d’or EDF, dans la rubrique « Services civils de guerre« , qui indique qu’elle était cheftaine d’une meute de louveteaux à Hirson, dans l’Aisne.

Elle est visiblement membre des Forces françaises Intérieures (FFI), comme infirmière : c’est à ce titre qu’elle obtient à titre posthume la médaille de la Résistance. Elle est tuée lors des combats pour la libération de Hirson, la ville où elle était cheftaine, alors qu’elle allait avoir 20 ans. Une rue y porte aujourd’hui son nom.

Une notice du fameux dictionnaire Maitron lui est consacrée.

Maud

Rosine Crémieux, psychanalyste et résistante

Rosine Crémieux, couverture de son livre

La première chose qui m’a attirée vers Rosine Crémieux, c’est son visage et sa silhouette sur la couverture de son livre La Traine-Sauvage (et aussi le titre de ce livre, énigmatique et attirant). Pendant longtemps, elle est restée sur notre liste sans que l’on puisse s’atteler à sa fiche Wikipedia (il nous manquait une source nationale pour coller aux critères). Les choses viennent de se débloquer, et on a donc pu créer sa page.

Après avoir été éclaireuse neutre, Rosine Crémieux est jeune résistante, elle fait fonction d’infirmière auprès d’un hôpital de campagne dans le Vercors, dont toute l’équipe se réfugie dans une grotte du fait des combats. La Wehrmacht donne l’assaut de la grotte, fusille la majorité des blessés sur place, d’autres le lendemain … et emprisonne puis déporte à Ravensbrück les 7 infirmières. Rosine Crémieux est donc déportée comme résistante (et non comme juive). Dans les parcours que nous avons retracé, et malgré le grand nombre de résistantes mortes en déportation, on a l’impression que cela signifie une possibilité d’être rescapée supérieure (à comparer avec le parcours de Madeleine Lévy, également résistante et arrêtée à ce titre, mais déportée comme juive et morte à Auschwitz). Plus tard, elle est psychologue et psychanalyste de l’enfant. Elle co-fonde aux côtés de grands noms, la revue Psychiatrie de l’enfant, dont elle est un pilier jusqu’à sa mort.

Dans cet article de Libération, on retrouve ce qui touche aussi dans son parcours : son rapport joyeux, presque insouciant, à ses premiers engagements. « La Résistance, à 20 ans, c’est facile et joyeux. On rejoint les gens avec qui on a envie d’être quand on a cet âge-là » dit-elle.

Maud

3 revues EEUDF pour fêter le centenaire

En 2021, les EEUDF ont publié trois numéros spécial de leurs revues à l’occasion du centenaire, que vous pouvez consulter ici :

Un grand merci à Céline Trocmé-Fourcaud pour toute l’énergie qu’elle a mise à la conception de ces revues!

3 podcast sur les éclaireuses au fil du siècle

Cet été, aux EEDF, on fêtait les 40 + 1 ans du Hameau de Bécours : un ancien hameau caussenard, acheté par l’association en 1980, et rénové depuis par des jeunes et adultes au fil des camps.

A cette occasion, une émission de radio était faite et diffusée sur place : on y a fait 3 chroniques à l’occasion des 100 ans des éclaireuses, que vous pouvez retrouver en podcast:

jour 1 : la naissance des éclaireuses et le mouvement des œuvres sociales

jour 2 : les facettes de la lutte pour le droit à l’avortement au prisme de parcours d’éclaireuses

jour 3 : la structuration des professions du travail social au XXème et le rôle qu’y ont joué des éclaireuses et guides.

Maud

Shatta Simon, résistante de la Maison de Moissac

Shatta Simon à Moissac, photo origine inconnue

Née en Roumanie, Shatta Simon fait partie de la section israélite de la FFE comme cheftaine, tandis que son époux Édouard dit Bouli est aux EI. Durant la guerre, elle appartient à la Sixième : la 6ème section de l’Union générale des israélites de France (UGIF) à laquelle les organisations juives ont l’obligation de se rattacher sous le régime de Vichy. La Sixième correspond à l’organisation du scoutisme israélite (les EI et la FFE-I), et devient rapidement une organisation de résistante juive, entre réseaux de résistance civile (sauvetage, fourniture de faux-papiers), puis de résistance armée (avec plusieurs maquis).

Avec son époux, elle ouvre à partir de 1939 la Maison de Moissac, qui devient durant la guerre, un lieu de refuge pour des enfants juifs et un lieu de passage pour des personnes engagées dans la résistance juive. On estime que plus de 500 enfants y furent cachés. Vous pouvez en savoir plus notamment ici.

Sa page Wikipedia est disponible ici.

Une soirée officielle pour le centenaire avec les EEDF, les EEIF et les EEUDF

En lien avec les Astrale, les trois associations de scoutisme « héritières » de la FFE ont organisé le 7 décembre 2021 dernier, une soirée anniversaire pour les 100 ans de la FFE.

Une belle soirée, hébergée par les EEIF dans leurs locaux avenue de Ségur à Paris, qui a réunit des ancien-nes et jeunes éclaireuses et éclaireurs, ainsi que des partenaires comme un représentant de l’ADAJEP.

Une exposition sur la FFE, préparée à l’origine par Denise Zwilling pour la SHPF, a été toilettée et affichée sur place; et une numéro spécial du Trèfle, avec un manifeste signé par les 6 associations du Scoutisme Français, a été publié. Vous pouvez également lire l’édition spéciale du Trèfle avec la Tribune signée par les 6 associations du SF.

Des anciennes éclaireuses ont été invitées à témoigner sur leurs expériences à la FFE et l’impact du scoutisme dans leur vie : on a écouté avec plaisir Violette Ginger, Denise Zwilling, Martine Lévy, Anne-Marie Recolevschi, Françoise Aubin.

Hélène Hautval a évoqué sa tante, Adelaïde Hautval. Du côté des Astrales, Laure Salamon et Maud Réveillé ont retracé la motivation à l’origine du projet, les travaux effectués et les perspectives.

Des éclaireuses d’aujourd’hui, Louise Pillet, Manon Soubeyran, ont évoqué ce que représente pour elles le scoutisme, et la place qu’y tient la lutte pour l’égalité des genres.

Les témoignages sont à retrouver en vidéo sur la chaîne Youtube des EEDF

Denise Joussot, artisane de la fusion EEDF

couverture du livre Eclaireuses pendant la guerre

Denise Joussot est entrée « tardivement » dans le scoutisme laïque, comme cheftaine à la FFE-neutre. Elle devient commissaire de province, puis commissaire nationale de branche. C’est à ce titre qu’elle œuvrera ardemment, avec Jean Estève, à la fusion des éclaireuses neutres et des Éclaireurs de France, pour donner naissance au « nouveau mouvement » des EEDF en 1964. Cette fusion sera aussi le début de la fin pour la FFE, chaque section travaillant alors à construire un mouvement coéduqué de son côté.

Denise Joussot a également été reconnue Juste parmi les Nations, pour avoir caché une de ses éclaireuses qui était juive, ainsi que sa famille, pendant la guerre. Elle a écrit un livre compilant témoignages et explications sur les Eclaireuses pendant la guerre en Rhône-Alpes.

On lui doit notamment un joli texte que je vous invite à lire : l’éducation par la confiance.

« Cher Monsieur […] aurez-vous encore l’inconscience ou la témérité de nous envoyer vos enfants, pour que nous les aidions à devenir des hommes libres et généreux, dont la vie sera heureuse et difficile ? Car la liberté et la fraternité sont des biens qui coûtent cher, Monsieur, mais nous ne croyons pas que l’homme puisse réunir son bonheur s’il n’est malgré tout libre et fraternel« 

Elle a désormais une page Wikipedia.

Maud

PS : on cherche des photos de Denise Joussot si jamais vous avez ça!

Madeleine Lévy, résistante déportée, petite-fille d’Alfred Dreyfus

Madeleine Lévy est la petite-fille d’Alfred Dreyfus, ce qui explique sans doute que son parcours retienne l’attention plus que d’autres. Éclaireuse neutre à Paris, elle s’exile à Toulouse dans le contexte de la guerre et des persécutions contre les personnes juives. Elle y est assistante sociale, et résistante au sein du mouvement Combat. Surveillée par la Gestapo, elle est arrêtée par la milice en 1943, puis déportée comme juive à Auschwitz. Elle y meurt en 1944.

Après quelques améliorations de notre part, vous pouvez trouver plus d’infos sur sa page wikipédia!

Maud