Marguerite Walther

Fil des billets - Fil des commentaires

17 mar. 2020

Marguerite Walther, pionnière du scoutisme non confessionnel et figure incontournable de la FFE

Sans les Astrales… je n’aurais jamais appris à connaître le parcours de Marguerite Walther. Et quelle tristesse ce serait! S’il devait y avoir une “fondatrice” aux Eclaireuses Eclaireurs de France, ce serait elle.

Après pas mal de travail et beaucoup trop de temps “inutile” passé à lire ses lettres, ce que d’autres disaient d’elle… elle a désormais sa page Wikipedia! C’est aussi la première création d’article ex-nihilo du projet :)

Sans redire son parcours, ce qui m’a le plus marqué chez elle : une forme d’idéal très fort qui l’anime, un engagement au bénéfice de “toutes les petites françaises”, et singulièrement auprès des plus pauvres, comme celles de la rue Mouffetard. C’est cet idéal qui la fera défendre et animer “l’esprit FFE”, qui voit dans la collaboration de femmes de toutes spirirualités une richesse.

Le 25 juillet 1921, elle défend le principe de l’extension du mouvement des éclaireuses unionistes à une fédération plus large, qui permette à toutes de “se sentir à l’aise”. A 2h du matin, elle écrit à Renée Sainte-Claire Deville, dont elle sera très proche toute sa vie :

Tout le monde sent la gravité de l’heure. Je me tais, parce que je suis émue, parce que je respecte ces luttes intimes. J’aurais peur de dire quelque chose qui pourrait toucher si peu que ce soit à des convictions si sincèrement vécues. Et puis j’admire; c’est merveilleux de rencontrer des êtres si parfaitement chics. J’éprouve intensément le sentiment de la similitude : toutes les âmes sont semblables dans leur profondeur

Le lendemain matin …

Le rêve s’est réalisé, le principe de la fédération est voté! Par quel miracle l’Assemblée, hier si houleuse, si partagée, s’est-elle retrouvée aujourd’hui avec une opinion si unanime? Mystère des choses qui doivent être et devant lesquelles les barrières tombent d’elles-mêmes.

Elle est aussi à l’origine d’une “loi du chef”, ayant considéré que si les éclaireuses en avaient une à suivre, il en allait de même pour les adultes:

Renée Sainte-Claire Deville en parlait ainsi en 1943:

Ses amitiés furent, dans sa vie, autant de sources jaillissantes qui venaient, disait-elle, l’empêcher de se durcir et de se déssécher et renouveler son ardeur au travail

 

Maud