Monique Hervo
témoin des luttes et des bidonvilles algériens en France

Photo issue du site algerieinfos-saoudi.com – source inconnue

« Si je ne m’étais pas engagée, j’aurais eu l’impression de me renier »

Monique Hervo a 92 ans aujourd’hui, elle vit dans une caravane d’un camping de l’Aube, et répond toujours vaillante au téléphone pour dire ce qu’elle a vécu, et surtout ce qu’elle a vu.

Grandie dans une famille prolétaire de Paris, guide de France, elle se forme à la verrerie d’art et rénove des vitraux pendant quelques mois avant de bifurquer définitivement, en 1956, en intégrant le Service civil international (une association réunissant l’époque des objecteurs de conscience au service militaire, ancrée dans un courant pacifiste). En 1959, elle découvre dans la presse qu’il y a des bidonvilles en France : c’est l’époque du recrutement massif de travailleurs immigrés pour venir travailler en France, accueilli pour beaucoup dans des conditions indignes de logement : des cabanes construire de bric et de broc, pas d’eau, pas d’électricité, pas de gestion des déchets. Certains y vivent pendant plus de dix ans avec leur famille. Monique Hervo découvre un des plus grands : le bidonville de la Folie à Nanterre. Venue y donner un coup de main ponctuel, elle s’y installe et y vit « une vie partagée » avec les Algérien-nes pendant 12 ans, jusqu’à ce qu’il soit rasé.

Cette époque, c’est celle de la guerre d’Algérie, qui se déroule aussi sur le sol français. Dans le bidonville de la Folie, c’est le Front de Libération Nationale (FLN) qui est bien implanté. Monique Hervo défend l’indépendance algérienne, et est témoin aussi des brutalités et du harcèlement policier incessant, du mépris des voisins, de la solidarité mais aussi des contraintes imposées par le FLN aux habitants. Le 17 octobre 1961, on l’invite à marcher avec les Algérien-nes dans la manifestation voulue pacifique de protestation contre le couvre-feu imposé : elle est témoin des violences, des meurtres, des disparitions. Plus tard, elle en témoignera en justice contre le préfet de police Maurice Papon.

Après la « résorption » de ce bidonville, elle continue ses engagements sur la question du mal-logement et ce qui finira par s’appeler « le droit des étrangers » : elle est là à la fondation du GISTI, travaille plusieurs années à la CIMADE, et surtout, se met à publier et diffuser des centaines et centaines de photos, notes, enregistrements… accumulés pendant les 12 ans à la Folie. Accumulés volontairement : pour qu’il y ait des « preuves ». Ce fond documentaire est aujourd’hui un incontournable du matériau historique sur les bidonvilles franciliens des années 1960.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire notamment cette interview, ou regarder cet entretien, ou consulter certaines de ses photos en ligne (ici, ou ici, ou ici par exemple – fonctionne mieux sous Chrome).


Monique Hervo se souvient encore assez nettement de ses années de scoutisme. Elle entre aux Guides de France, en 1939, par choix personnel. Elle a commencé aux guides de Vincennes, puis a décidé de rejoindre celles de Belleville, dans un quartier plus populaire. En tant que guide, elle se souvent qu’elle pouvait ne pas payer le métro. Elle participe au défilé des jeunes scouts sur les Champs-Elysées, devant le général de Gaulle à la fin de la guerre. Elle se souvient surtout d’avoir brancardé des déporté-es de retour du camp de Buchenwald, à la sortie des trains, « ils étaient si légers », alors qu’une fanfare triomphante jouait la Marseillaise. Un peu après, elle est cheftaine pendant deux ans à l’hôpital de Garches, pour des jeunes atteint de poliomyélite. Elle prend ensuite d’autres engagements et ne continue pas avec les Guides.

Sa page Wikipedia est ici, et il ne lui manque qu’une photo sous licence libre !

Maud

Évelyne Safir Lavalette,
moudjahida de la guerre d’indépendance algérienne.

Une Sacrée découverte qu’à été pour moi la vie de Évelyne Safir Lavalette. L’occasion de découvrir une nouvelle femme militante mais aussi de découvrir les milieux militants algériens de l’époque et des témoignages de femmes emprisonnées durant la guerre d’algérie.

Evelyne Safir Lavalette est issue d’une famille de pied noir, elle s’implique au sein des guides de France et dans l’action sociales au sein d’autres mouvements associatif. C’est dans ce cadre qu’elle découvre la réalité des conditions de vie des populations rurales algériennes et la pauvreté des secours publics par rapport à la population européenne.

Dès 1955, elle rejoint le FLN et milite pour l’indépendance algérienne.

Elle accueille dans son appartement des combattants du FLN et devient agent de liaison. Elle assure l’impression de tracts, et le transport de matériel. Elle participe à l’impression du journal El Moudjahid (journal algérien, organe officiel de communication du Front de libération nationale, publié pendant la guerre de libération nationale algérienne).

Elle est arrêtée et torturée en 1956. Elle est condamnée à 3 ans de prison pour avoir hébergé des nationalistes et pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

En 1959, elle est graciée et expulsée en France. A l’indépendance de l’Algérie, elle est élue à l’Assemblée constituante puis élue à l’assemblée nationale en 1964. Elle a alors abandonnée la nationalité française pour la nationalité algérienne.

Elle publie en 2013 une autobiographie aux éditions Barzakh, Juste Algérienne… comme une tissure.

Je vous conseille de consulter sa page wikipédia qui a été récemment améliorée par mes bons soins. Si par le plus grand des hasards, vous découvrez sa biographie dans une librairie française, n’hésitez pas à nous contacter, je la cherche en vain.

Diane

Alice Daul-Gillig
Résistante et militante associative

Il semble temps de vous raconter un peu mes premières péripéties sur Wikipédia.

La première femme sur laquelle j’ai choisi de travailler dans le cadre du projet des Astrales est Alice Gillig, née Daul, ancienne cheftaine des guides et résistante française.

J’ai mis plusieurs mois avant de seulement commencer mon brouillon Wikipédia sur cette femme, je n’avais jamais écrit de biographie avant et j’ai donc passé un certain temps à récolter toutes les informations que j’avais sur elle.

Le jour où je me décide enfin à publier, je m’aperçois assez étonnée qu’il existe déjà une fiche sur elle… qui a été crée la veille !

Je dois avouer que de savoir que plusieurs mois de travail (certes pas à pleins temps) n’auront servi à peu de choses ont été difficile à avaler. Il s’avère, en fait, que nous étions trois personnes (en réalité deux + un groupe de travail en Alsace.) à travailler au même moment sur sa biographie.

Mais qu’importe après tout, sa fiche existe et son histoire sera maintenant accessible au plus grand nombre.

Je vous laisse consulter sa fiche ici.